Kiff No Beat – Grouillement. En anglais, on aurait dit “Hustle”, en français on le traduit par “charbonner” ou travailler dur, En langage ivoirien (Nouchi) on dira “Grigra” ou encore “Grouiller” d’où Grouillement.

C’est avec engouement que j’ai écouté le dernier morceau des Kiff No Beat, Grouillement. J’ai été séduit par la qualité du morceau. Et je ne parle pas de la qualité lyricale du morceau, mais plutôt de la qualité technique et artistique de “Grouillement”.

Parfaite direction artistique même. Une recherche musicale que le binôme Kiff No Beat – Shado Chris à su transposer sur une bande sonore d’un peu plus de 3min. Comme d’habitude d’ailleurs. Pour reprendre Oneil Mala: “…Ils ne cesseront de nous étonner !”

Loin d’être un titre anodin, Grouillement, c’est un parfait mélange de Hip Hop et de Zouglou. Il faut savoir que la musique Zouglou est un genre musical ivoirien qui a pour thèmes de prédilection le quotidien de la classe populaire ivoirienne. Le Zouglou parle de pauvreté, de galère, de réussite, parfois sous le ton de l’humour et souvent traité sous l’aspect de la prise de conscience. Quoi de plus normal donc d’associer le rap au Zouglou lorsqu’on a pour titre de morceau “Grouillement”.

Les 5 rappeurs s’approprient le temps d’un morceau les codes musicaux du genre Zouglou. Et la recette est simple : 4 mesures de Zouglou, par rappeur, pour parler de leur début difficile, puis 4 autres mesures, mais cette fois de rap plus festif, pour montrer l’aboutissement de tout ce travail.

Chacun des MC’s a imité à sa manière un poids lourd de la musique Zouglou. On peut reconnaître entre autres les flows de Magic System (au refrain), Petit Dénis, Vieux Gazeur, ou simplement un ac capela Woyo… Je vois là un hommage rendu à ces artistes du renom du Zouglou ivoirien par le groupe Kiff No Beat.

En tant qu’artistes ivoiriens et donc porte-flambeau de la musique ivoirienne, Grouillement est également une manière d’exporter la culture musicale ivoirienne, en l’occurrence le Zouglou. Tout en portant un message d’espoir et d’aboutissement de travail bien fait.

Pour terminer, A l’architecture instrumentale du morceau, on retrouve, comme généralement, l’excellent et efficace Shado Chris qui nous fait valser entre rythmique Hip-Hop et Tam Tam Zouglou.

N’hésitez pas à nous laisser vos impressions en commentaires.

Facebook Comments